Diamant-Dent Zahnklinik Ungarn

Diamant-Dent Orthodontie

Dr. Altay Zoltán

Dr. med. ALTAY Zoltán, notre spécialiste d’orthodontie est votre partenaire si vous souffrez de malposition dentaire et des problèmes de mâchoire qui doivent être corrigées par des appareils dentaires (bagues). Les orthodontistes commencent leurs études universitaires comme dentistes, puis ils poursuivent leurs études médicales pendant plusieurs années comme chirurgiens oraux spécialisés en chirurgie buccale et maxillofaciale. S’il ya un écart de la position des dents et/ou les mâchoires, la meilleure solution est fournie par l'orthodontie: avec des appareils orthodontiques l’orthodontiste est en mesure de vous aider corriger la position des dents et / ou les bases osseuses. Vous devriez vous rappeler que l'orthodontie n’est pas un traitement que tous les dentistes sont capables de performer. Pour chaque malocclusion ou désalignement compliqué de la mâchoire il y a un type donné d'appareil orthodontique pour le résoudre. Nous vous conseillons donc de consulter un orthodontiste qui se spécialise dans les corrections de ces irrégularités. Les malpositions comprennent malocclusions, supraclusies, béances, les dents incluses, DDM, agénésie et divers défauts des dents et de la mâchoire.

Lors de notre Institut vous et vos enfants avez la possibilité de recevoir un plan de traitement en fonction de la technologie la plus moderne, qui vise à influencer votre vie quotidienne assez bien.

En tant que membre de notre équipe de dentistes, Dr. med. ALTAY Zoltán est un excellent spécialiste en orthodontie qui effectue des traitements soit pour les adultes soit pour les enfants. Dr. med ALTAY Zoltán vous attend et vos enfants pour une consultation dans l’immeuble Nr. 2 de Diamant-Dent Institut Dentaire

Notre machine à rayons X 3D digital Picasso Trio CBCT ouvre de nouvelles dimensions dans les domaines de l'orthodontie. Il comprend aussi le programme CEPH afin que nos spécialistes peuvent faire une image CEPH qui sera analysée par notre programme SMILE. Ainsi, un diagnostic et un traitement beaucoup plus précis peuvent être effectués.

 

avant après
 Diamant-Dent Orthodontie 01  Diamant-Dent Orthodontie 02
 Diamant-Dent Orthodontie 03  Diamant-Dent Orthodontie 04
 Diamant-Dent Orthodontie 05  Diamant-Dent Orthodontie 06
 Diamant-Dent Orthodontie 07  Diamant-Dent Orthodontie 08
 Diamant-Dent Orthodontie 09  Diamant-Dent Orthodontie 10
 Diamant-Dent Orthodontie 11  Diamant-Dent Orthodontie 12
 Diamant-Dent Orthodontie 13  Diamant-Dent Orthodontie 14
 Diamant-Dent Orthodontie 15  Diamant-Dent Orthodontie 16
 Diamant-Dent Orthodontie 17  Diamant-Dent Orthodontie 18
 Diamant-Dent Orthodontie 19  Diamant-Dent Orthodontie 20
 Diamant-Dent Orthodontie 21  Diamant-Dent Orthodontie 22

 

 

Alignements défectueux des dents

Diamant-Dent Orthodontie Diamant-Dent Orthodontie
diastème béance
Diamant-Dent Orthodontie Diamant-Dent Orthodontie
occlusion croisée ligne médiane inclinée
Diamant-Dent Orthodontie Diamant-Dent Orthodontie
prognathie ou surplomb supérieur endognathion
Diamant-Dent Orthodontie Diamant-Dent Orthodontie
occlusion rétrograde du maxillaire supérieur occlusion rétrograde du maxillaire supérieur
Diamant-Dent Orthodontie  
surocclusion  

 

orthodontics

 

Questions fréquemment posées

Qu’est-ce que c’est que l’orthodontie ?

Dans le sein des sciences médicales, l’orthodontie est un domaine scientifique relativement nouveau. Il y a un peu plus de 100 ans qu’on peut parler d’une orthodontie dans son sens actuel. Elle s’occupe de la restitution des alignements défectueux des dents, de la maitrise prévisionnelle de leurs positions, de la maitrise de la croissance des maxillaires inférieur et supérieur, ainsi que de leur distorsion en eux-mêmes et relative l’un à l’autre.

Par cela – au-delà d’un look esthétique, – elle offre une solution aussi sur des problèmes fonctionnels qui sont imputables à un contact, un alignement défectueux des dents (endognathion, anodonties, béance, prognathie, ou bien capacité diminuée de morsure ou de mastication existante par suite des effets déformants du suçotement du doigt). Dans l’enfance, ou bien à l’âge de puberté, quand un enfant est encore en croissance, on peut influencer la croissance des os de la face dans une mesure importante, en créant ainsi une possibilité à la formation d’un contact de dents harmonique (orthopédie maxillaire), par laquelle elle s’efforce aussi de former une face harmonique.

Diamant-Dent Orthodontie

Bien qu’à l’âge adulte nos possibilités sont plus restreintes par rapport à celles de l’orthodontie de l’enfance – dans cette période de vie nous ne pouvons plus utiliser la croissance, comme facteur important pour changer la position, la forme des os maxillaires, – pourtant, en respectant les règles correspondantes, nous sommes en mesure de remédier aux anomalies. C’est une croyance erronée ancienne qu’à l’âge adulte on est contraint de subir son sourire inesthétique étant donné qu’on ne peut plus faire une orthodontie.

Pratiquement l’orthodontie ne connaît pas de limite d’âge, on peut faire un tel traitement soit à l’âge de 60 ans.


Comment ça fonctionne ?

Les dents sont fixées dans l’os de façon stable, par la desmodonte qui assure une fixation stable, mais légèrement souple.

Dans le tissu conjonctif de la desmodonte des veines, nerfs se trouvent. Les fibres passent obliquement de la racine de la dent à l’os, auquel la dent se fixe.

Ces fibres transmettent les forces de traction et de pression exercées sur la dent à l’os. Sous l’effet de la force de traction une superpose osseuse d’une mesure microscopique se réalise, tandis que sous l’effet de la force de pression – une résorption osseuse. Ainsi la dent se déplace bien lentement dans l’os vers la force. En simplifiant le processus, on peut ainsi expliquer le mouvement des dents dans l’os sous l’effet d’une force.

Diamant-Dent Orthodontie

On peut influencer la croissance des maxillaires supérieur et inférieur à l’aide d’un mécanisme pareil, qui nécessite déjà un plateau technique et une compétence bien plus importante, étant donné que la structure du crâne humain est aussi extrêmement compliquée, ainsi influencer la mesure et la direction de sa croissance est un devoir bien difficile. On transmet la force aux dents, par laquelle on fait mouvoir les dents, par des appareils amovibles et fixes.


Quand doit-on commencer un traitement d’orthodontie, et à quoi doit-on être attentif ?

Du point de vue de la formation et du traitement de la denture, on peut distinguer trois types de denture : denture caduque, denture mixte et denture permanente.

Diamant-Dent OrthodontieL’éruption des dents caduques commence à l’âge de 6 mois et termine à l’âge de 24-30 mois. Appr. encore pendant 3-3,5 ans « rien ne se passe ». À cette époque, environs à l’âge de 6 ans, les 6ièmes dents – soit les premiers molaires – font leurs éruptions. Elles sont déjà dents permanentes. À partir de ce temps-là on compte le début de la période de la denture mixte. L’expulsion commence plus tard – environ à l’âge de 7 ans – par l’expulsion des incisives. L’éruption des 6ièmes dents, ainsi que l’expulsion des incisives, des canines et des prémolaires représente la période de la denture mixte. C’est le stade le plus important dans l’orthodontie, étant donné que dans cette période on peut réaliser le traitement le plus parfait de la majorité des anomalies. On peut traiter certaines anomalies aussi plus tard, bien qu’avec des compromis. C’est un fait que pour de nombreuses anomalies nous pouvons atteindre le résultat le plus parfait et le plus beau, si on commence le traitement dans cette période (denture mixte). Le stade de denture mixte termine au moment où la dernière dent caduque chute par suite de l’éruption de la dent correspondante permanente. Cela arrive environ à 10 ans. Naturellement des écarts semblant importants de ces chiffres sont possibles, étant donné que nous ne sommes pas uniformes.

Diamant-Dent Orthodontie On ne doit intervenir que bien rarement dans le stade de denture caduque. À ce stade on doit être attentif au maxillaire inférieur extrêmement grand et au contact inverse des incisives y lié (les incisives inférieures chevauchent les supérieures). Il est important aussi de faire attention à la constatation d’une béance : dans ce cas entre les dents supérieures et inférieures on peut constater un espace interdentaire le plus souvent sur le front/avant même en cas des dents fermées. Il faut faire mention du maxillaire inférieur visiblement trop petit, mais à cet âge on fait un traitement orthopédique du maxillaire pour cette cause bien rarement et seulement dans des cas graves.

Diamant-Dent Orthodontie

On peut traiter les mauvaises habitudes (suçotement du doigt, dysphagie) avec succès à cet âge. À ce stade on continue aussi le traitement des anomalies de conformation congénitale nommées gueule-de-loup – bec-de-lièvre, bien qu’on commence un traitement d’orthodontie-chirurgical très complexe déjà 3 mois après l’accouchement, qui est un processus durant jusqu’à l’âge de 18-20 ans du patient. À l’équipe de médecins prennent part aussi des oto-rhino-laryngologues, pédiatres, chirurgiens, phoniatres, logopèdes, dentistes pédiatriques, dentistes prothétiques et psychologues.

Diamant-Dent Orthodontie Le début de la période de denture mixte (âge de 6-7 ans) peut être conseillé pour la première consultation d’orthodontie. À ce stade, s’il y a n’importe quelle anomalie par rapport à l’état normal, elle sera constatée par le médecin spécialisé. Au-delà de toutes les anomalies mentionnées jusqu’ici, les diagnoses imputables aux endognathions, anodonties, endognathions, espaces interdentaires des incisives avant, surocclusions et à une anomalie fonctionnelle des muscles (incisives supérieures fortement prognathes formées à cause d’une respiration à travers de la bouche par suite d’une obstruction nasale, endognathion supérieure, occlusion croisée, surocclusion et « retard » en croissance du maxillaire inférieur) peuvent être traités aussi avec succès.

Au stade de denture permanente on peut traiter aussi un tas d’anomalies, cependant nos possibilités sont restreintes, étant donné qu’on ne peut plus profiter d’une influence exercée sur la direction et la mesure éventuelle de la croissance. Comme exemple, nous faisons mention d’un cas qui est bien fréquent. Il y a un patient – un garçon de 15 ans, qui au premier coup d’œil dispose des arcs dentaires séparément beaux et réguliers, mais en occlusion on constate que son dentier du bas est beaucoup plus en rétrograde, par suite duquel ses incisives supérieures chevauchent aussi les incisives inférieures dans une trop grande mesure, et les incisives inférieures sont aussi en éminence dans une telle mesure qu’elles font occlusion sur la gencive du palais – c’est-à-dire il souffre d’une surocclusion.

Naturellement un examen complexe est nécessaire pour pouvoir établir la cause du problème, et il faut préparer un projet relatif à son remède. Dans notre cas, selon le projet, pour remédier à l’alignement défectueux des dentiers du bas et du haut par rapport l’un à l’autre, on doit faire mouvoir les 6 dents avant dans le dentier du haut (4 incisives et 2 canines) en rétrograde appr. d’une dent.

Mais pour ce faire il faut ouvrir un espace qu’on ne peut atteindre déjà à cet âge qu’en arrachant ses deux premières prémolaires. À cet âge on ne peut appliquer qu’un appareil fixe pour faire mouvoir les dents.

Cinq ans plus tôt on aurait pu remédier à ce problème en appliquant un appareil amovible et sans arracher aucune dent.

Dans la période de denture permanente on traite aussi toutes les anomalies qui ont été déjà traité antérieurement, mais à cause de la gravité de l’anomalie et d’autres facteurs, des devoirs à traiter ont encore resté même pour la période de denture permanente.

Diamant-Dent Orthodontie Et pour finir, à l’âge adulte, le plut tôt à l’âge de 18 ans, on rétablit aussi les anomalies imputables à la croissance, qui ne peuvent plus être traitées uniquement par l’orthodontie, mais nécessitent aussi une correction chirurgicale (par ex. : occlusion bouledogue avec un maxillaire inférieur extrêmement grand).


Appareils amovibles et fixes.

De nombreuses sortes des appareils amovibles sont connues, essentiellement on doit mentionner des plaques et des blocs. Les plaques ne sont fixées que sur l’un des dentiers, tandis que les blocs sur tous les deux. La fixation se réalise le plus fréquemment par de petites agrafes de fibre métallique s’attachant aux dents, mais il existe aussi des appareils en cas desquels la fixation est assurée surtout par les supraalveolaris, (lèvres, muscle facial). Après avoir un appareil pouvant être fixé de façon stable, – préparé des matières plastiques de différentes couleurs, – on y peut incorporer des vis, de petits ressorts pour assumer de diverses tâches. À l’aide des vis, on peut par. ex. faire une abduction ou une adduction de la partie du dentier se trouvant sur les deux côtés du vis. Naturellement l’élaboration du projet des ces interventions constitue aussi un devoir complexe, nécessitant une grande expérience, surtout si on prend en considération que le spécialiste en orthodontie doit prévoir « de tête » tout le traitement du début à son achèvement. Élaborer le projet d’un traitement pas à pas et ajuster un nouveau but à la situation nouvellement formée – cela n’existe pas. Diamant-Dent Orthodontie

En outre de ces moyens, à l’aide des blocs, autrement nommés appareils bimaxillaires (appareils se fixant ou bien agissant sur tous les deux dentiers) on peut réaliser encore une chose bien importante : un traitement orthopédique du maxillaire. C’est-à-dire on peut réaliser non seulement une orthodontie et influencer les éruptions des dents, mais on peut influencer aussi la croissance des maxillaires. Cependant ce traitement ne peut être réalisé qu’uniquement au stade de denture mixte. Diamant-Dent Orthodontie

Diamant-Dent Orthodontie De nombreuses sortes des appareils fixes sont connues aussi. Nous n’y mentionnons qu’un seul, le plus fréquemment utilisé : nommé appareil multibande. Il est constitué de petits blocs adhérés sur chaque dent – en générale sur 24 dents. Ces blocs peuvent être faits du métal, d’une matière plastique, de la porcelaine. Après l’achèvement du traitement, naturellement on peut enlever le mastic sans causer une lésion de la couche d’émail. Dans ces petits blocs on incorpore une fibre souple mince. Cette fibre est rattachée à tous les blocs, et la force de souplesse se trouvant dans la fibre fera mouvoir les dents sur leurs places. On utilise de nombreuses sortes de diverses fibres : de divers alliages, à diverses souplesses, avec de divers diamètres, coupes transversales, et on choisit toujours celle la plus appropriée à assumer le devoir donné. Dans ces arcs de fibre on peut courber de petits ressorts qu’on peut utiliser pour faire mouvoir la dent donnée. En plus, on peut rattacher les blocs de deux dents aussi à d’autres éléments, par ex. aux anneaux en caoutchouc, ainsi on peut faire l’adduction de ces deux dents. Comme pour les appareils amovibles, les projets de tous ces éléments doivent être aussi minutieusement élaborés, étant donné que la règle d’or de l’orthodontie est qu’on ne peut jamais faire mouvoir une dent sans faire mouvoir une autre dent par la contre-force due à l’effet secondaire de la force. La prévention de cet effet est bien importante, c’est pourquoi l’élaboration d’un projet minutieux, prévisionnel concernant le traitement complet dispose d’une grande importance. Les spécialistes en orthodontie américains utilisent déjà les appareils multibandes aussi au stade de denture mixte (à l’âge de 8 ans), mais les plus souvent on commence le traitement après l’éruption de toutes les dents permanentes (à l’exception des huitièmes).


Qu’est-ce qu’on traite dans l’enfance ?

Diamant-Dent Orthodontie On ne doit intervenir que bien rarement dans le stade de denture caduque. À ce stade on doit être attentif au maxillaire inférieur extrêmement grand et au contact inverse des incisives y lié (les incisives inférieures chevauchent les supérieures). Il est important aussi de faire attention à la constatation d’une béance : dans ce cas entre les dents supérieures et inférieures on peut constater un espace interdentaire le plus souvent sur le front/avant même en cas des dents fermées. Il faut faire mention du maxillaire inférieur visiblement trop petit, mais à cet âge on fait un traitement orthopédique du maxillaire pour cette cause bien rarement et seulement dans des cas graves. On peut traiter les mauvaises habitudes (suçotement du doigt, dysphagie) avec succès à cet âge. À ce stade on continue aussi le traitement des anomalies de conformation congénitale nommées gueule-de-loup – bec-de-lièvre, bien qu’on commence un traitement d’orthodontie-chirurgical très complexe déjà 3 mois après l’accouchement, qui est un processus durant jusqu’à l’âge de 18-20 ans du patient. À l’équipe de médecins prennent part aussi des oto-rhino-laryngologues, pédiatres, chirurgiens, phoniatres, logopèdes, dentistes pédiatriques, dentistes prothétiques et psychologues

Diamant-Dent Orthodontie

Le début de la période de denture mixte (âge de 6-7 ans) peut être conseillé pour la première consultation d’orthodontie. À ce stade, s’il y a n’importe quelle anomalie par rapport à l’état normal, elle sera constatée par le médecin spécialisé. Au-delà de toutes les anomalies mentionnées jusqu’ici, les diagnoses imputables aux endognathions, anodonties, endognathions, espaces interdentaires des incisives avant, surocclusions et à une anomalie fonctionnelle des muscles (incisives supérieures fortement prognathes formées à cause d’une respiration à travers de la bouche par suite d’une obstruction nasale, endognathion supérieure, occlusion croisée, surocclusion et « retard » en croissance du maxillaire inférieur) peuvent être traités aussi avec succès. La période de denture mixte est la seule période apte à réaliser les traitements orthopédiques du maxillaire.

Diamant-Dent Orthodontie Au stade de denture permanente on peut traiter aussi un tas d’anomalies, cependant nos possibilités sont restreintes, étant donné qu’on ne peut plus profiter d’une influence exercée sur la direction et la mesure éventuelle de la croissance. Comme exemple, nous faisons mention d’un cas qui est bien fréquent. Il y a un patient – un garçon de 15 ans, qui au premier coup d’œil dispose des arcs dentaires séparément beaux et réguliers, mais en occlusion on constate que son dentier du bas est beaucoup plus en rétrograde, par suite duquel ses incisives supérieures chevauchent aussi les incisives inférieures dans une trop grande mesure, et les incisives inférieures sont aussi en éminence dans une telle mesure qu’elles font occlusion sur la gencive du palais – c’est-à-dire il souffre d’une surocclusion.

Naturellement un examen complexe est nécessaire pour pouvoir établir la cause du problème, et il faut préparer un projet relatif à son remède. Dans notre cas, selon le projet, pour remédier à l’alignement défectueux des dentiers du bas et du haut par rapport l’un à l’autre, on doit faire mouvoir les 6 dents avant dans le dentier du haut (4 incisives et 2 canines) en rétrograde environ d’une dent.

Mais pour ce faire il faut ouvrir un espace interdentaire qu’on ne peut atteindre déjà à cet âge qu’en arrachant ses deux premières prémolaires. À cet âge on ne peut appliquer qu’un appareil fixe pour faire mouvoir les dents.

Cinq ans plus tôt on aurait pu remédier à ce problème en appliquant un appareil amovible et sans arracher aucune dent.

Dans la période de denture permanente on traite aussi toutes les anomalies qui ont été déjà traité antérieurement, mais à cause de la gravité de l’anomalie et d’autres facteurs, des devoirs à traiter ont encore resté même pour la période de denture permanente.


Orthopédie maxillaire.

Diamant-Dent Orthodontie Dans l’enfance, ou bien à l’âge de puberté, quand un enfant est encore en croissance, on peut influencer la croissance des os de la face dans une mesure importante, en créant ainsi une possibilité à la formation d’un contact de dents harmonique (orthopédie maxillaire). La période de denture mixte est la seule période apte à réaliser les traitements orthopédiques du maxillaire.

Diamant-Dent Orthodontie Au stade de denture permanente on peut traiter aussi un tas d’anomalies, cependant nos possibilités sont restreintes, étant donné qu’on ne peut plus profiter d’une influence exercée sur la direction et la mesure éventuelle de la croissance. Comme exemple, nous faisons mention d’un cas qui est bien fréquent. Il y a un patient – un garçon de 15 ans, qui au premier coup d’œil dispose des arcs dentaires séparément beaux et réguliers, mais en occlusion on constate que son dentier du bas est beaucoup plus en rétrograde, par suite duquel ses incisives supérieures chevauchent aussi les incisives inférieures dans une trop grande mesure, et les incisives inférieures sont aussi en éminence dans une telle mesure qu’elles font occlusion sur la gencive du palais – c’est-à-dire il souffre d’une surocclusion.

Naturellement un examen complexe est nécessaire pour pouvoir établir la cause du problème, et il faut préparer un projet relatif à son remède. Dans notre cas, selon le projet, pour remédier à l’alignement défectueux des dentiers du bas et du haut par rapport l’un à l’autre, on doit faire mouvoir les 6 dents avant dans le dentier du haut (4 incisives et 2 canines) en rétrograde environ d’une dent.

Mais pour ce faire il faut ouvrir un espace interdentaire qu’on ne peut atteindre déjà à cet âge qu’en arrachant ses deux premières prémolaires. À cet âge on ne peut appliquer qu’un appareil fixe pour faire mouvoir les dents.

Cinq ans plus tôt on aurait pu remédier à ce problème en appliquant un appareil amovible et sans arracher aucune dent.


Qu’est-ce qu’on peut traiter à l’âge adulte ?

À l’âge adulte on peut traiter toutes les anomalies qui n’étaient pas traitées auparavant, ou bien en cas desquelles le traitement d’orthodontie antérieur n’était pas suffisant en lui-même (par ex. une intervention chirurgicale est nécessaire au-delà d’une orthodontie pour remédier à la distorsion des maxillaires). Mais il faut bien savoir une chose : un traitement orthopédique n’est plus possible, ainsi les différences importantes de taille des maxillaires, ou bien les distorsions des maxillaires relatives l’un à l’autre ne peuvent plus être remédiées que soit par une reconstruction chirurgicale, soit par une extraction d’une ou de plusieurs dent(s). Les anomalies les plus importantes qu’on traite à l’âge adulte : endognathions, occlusions croisées, alignement défectueux de certaines dents, par ex. rétention ou position ectopiale des canines (une canine supérieure ne peut pas faire son éruption, elle reste dans l’os, ou bien elle fait son éruption, mais à cause d’une manque d’espace interdentaire, elle apparaît hautement dans le sillon gingivo-fugal), surocclusion et béance d’origine non orthopédique. Les problèmes non traités peuvent devenir plus graves en atteignant l’âge adulte : les dents se déplacent, se relâchent, ou bien chutent par conséquent. Des douleurs des articulations temporo-maxillaires peuvent se former et d’autres symptômes désagréables peuvent aussi apparaître ; en plus, un alignement défectueux est bien plus susceptible à une carie dentaire (il est bien plus difficile à nettoyer les dents chevauchées), ainsi qu’à une gingivite chronique. En plus, il est évident qu’avec une denture irrégulière l’effet de la mastication est bien plus pire, et on doit encore y faire mention aussi d’un look esthétique désavantageux.

Diamant-Dent Orthodontie

À l’âge adulte des possibilités s’offrent aussi à remédier aux tels problèmes non-traités. Naturellement d’autres moyens sont nécessaires à un tel traitement qu’à un traitement fait à l’âge de puberté. On peut faire les traitements avec des appareils soit amovibles, soit fixes. On ne peut réaliser des mouvements de dents plus grands qu’avec des appareils fixes.


Solutions chirurgicales-d’orthodontie.

À l’âge adulte, le plut tôt à l’âge de 18 ans, on rétablit aussi les anomalies imputables à la croissance, qui ne peuvent plus être traitées uniquement par l’orthodontie, mais nécessitent aussi une correction chirurgicale (par ex. : occlusion bouledogue avec un maxillaire inférieur extrêmement grand). Dans ces cas un traitement d’orthodontie d’introduction est suivi par une correction chirurgicale du (des) maxillaire(s) en distorsion et par leur mise dans la position appropriée. Après l’intervention chirurgicale un traitement d’orthodontie réitéré est nécessaire pour corriger les alignements défectueux moins importants mais encore existants et pour assurer un état final stable. Ces types d’anomalies appartiennent à un domaine séparé de l’orthodontie, et exigent une responsabilité, une compétence, une expérience extrêmement grandes, et impliquent une coopération précise avec les co-métiers (chirurgie maxillo-faciale, orthodontie, dentisterie).

Croyances erronées générales.

Une croyance erronée générale est qu’une endognathion d’un enfant sera résolue par la marche du temps. Le parent pense que le petit visage continue encore à s’agrandir, en créant ainsi plus d’espace aux dents qui auront plus d’espace à côté l’une de l’autre.

Diamant-Dent Orthodontie Cependant la situation est qu’après un âge de 6 ans, l’espace entre la première molaire (6ième) et la première incisive (1ière) ne devient pas plus grand, de plus, il diminue. Ce n’est qu’un élément volontairement saisi du mécanisme extrêmement complexe dans l'espace et dans le temps de l’expulsion, cependant il est bien important. Ainsi après un âge de 6 ans, entre les dents 6ème et 1ère aucun espace complémentaire ne sera créé pour les 4 dents (2,3,4,5ème) voulant faire leurs éruptions pendant la période ultérieure, malgré le fait qu’il nous reste encore la majorité de la croissance de l’enfant.

Suçotement du doigt. Si un enfant suce son doigt à l’âge de 4 ans ou même ultérieurement, alors il est presque certain qu’une orthodontie lui serait nécessaire dans l’avenir. Il n’est pas vrai que les distorsions causées par un suçotement se rétablissent automatiquement par la marche du temps. On rencontre bien rarement et seulement en cas d’une distorsion insignificative et d’une bonne direction de croissance des maxillaires, que la distorsion peut s’améliorer, de plus, elle peut totalement se rétablir, mais on doit souligner que ça arrive bien rarement.

Une croyance erronée est aussi qu’après l’achèvement d’une orthodontie il ne reste plus rien à faire, et le résultat reste stable, et le problème n’apparaît plus. Il faut savoir qu’un traitement d’orthodontie se compose d’une étape active, quand on fait mouvoir les dents (on corrige les alignements défectueux), et d’une période nommée de rétention, quand on fixe les dents (le résultat atteint) par pose d’une attelle, ce qui empêche une récidive. Cela prend au moins d’autant de temps que l’étape active. Il n’est pas conseillé de la négliger, car dans un cas contraire tout notre travail réalisé jusqu’ici peut être perdu.

Une croyance erronée est aussi l’affirmation selon laquelle à l’âge adulte on ne peut plus faire une orthodontie.


Combien de temps doit-on porter un appareil ?

Diamant-Dent Orthodontie C’est absolument particulier, mais on peut formuler des principes généraux. On doit porter un appareil bimaxillaire utilisé à l’âge de puberté, ayant un effet orthopédique maxillaire, pendant 9-12 mois, 14 heures par jour. Il est important de souligner l’importance d’un port appliqué et soigneux. Un port de 10 heures par jour n’est pas suffisant ! Nous, spécialistes en orthodontie, disons aussi que dans le cas où un enfant ne peut pas porter l’appareil pendant 14 heures par jour (dans la nuit et de jour après l’école) pour n’importe quelle cause que ce soit (il apprend à jouer d’un instrument à vent, fait du sport régulièrement), alors il est déconseillé de commencer un traitement, parce qu’ainsi on causerait plus de dommage sans atteindre aucun effet, dont la cause doit être cherchée dans la réponse spéciale des dents donnée sur la force de l’appareil : un changement ne survient que par suite d’une action durable. Il existe des distorsions qu’on peut traiter avec des appareils bimaxillaires amovibles qui doivent être portés pendant plusieurs années.

De nombreux traitements se constituent de plusieurs phases (appareil(s) amovible(s), ensuite fixe). La durée du port de certaines plaques amovibles est de 3-6 mois ou plus, en fonction de la tâche à résoudre, mais dans ce cas ce ne sont que des tâches partielles, qui sont suivies par un autre appareil ou par un appareil fixe (multibande).

La durée du port des appareils multibandes change aussi de la tâche à résoudre. Des endognathions pas graves peuvent être remédiées soit pendant 8-9 mois. Le traitement d’une surocclusion, d’une béance, et surtout des cas où – à cause d’un arrachage d’une ou de plusieurs dent(s) un mouvement plus grand des dents est nécessaire – peut durer soit pendant 18 mois. Dans des cas encore plus graves, le traitement peut durer encore plus longtemps.


Rétention, contrôle.

L’achèvement du traitement d’orthodontie est suivi par une phase nommée de rétention. C’est aussi une sorte d’orthodontie, bien qu’elle ne soit plus aussi spectaculaire, elle a un rôle extrêmement important, étant donné qu’elle conserve le résultat atteint. Il faut savoir qu’un traitement d’orthodontie se compose d’une étape active, quand on fait mouvoir les dents (on corrige les alignements défectueux), et d’une période nommée de rétention, quand on fixe les dents (le résultat atteint) par pose d’une attelle, ce qui empêche une récidive. Cette période prend au moins d’autant de temps que l’étape active. Il n’est pas conseillé de la négliger, car dans un cas contraire tout notre travail réalisé jusqu’ici peut être perdu. La cause d’une récidive se trouve dans le ligament alvéolo-dentaire et dans les fibres de la gencive, qui raidissent au cours du mouvement des dents. Pendant que l’os se reconstruise, la reconstruction de ces fibres se passe beaucoup plus lentement. Ces petites fibres sont capables de retirer les dents vers leurs positions défectueuses originales. Pour l’empêcher, il faut fixer le résultat atteint par pose d’une attelle. Cela ce fait le plus fréquemment par des plaques amovibles, fixées sur les dents avec des agrafes.

La durée de port par jour peut être progressivement raccourcie avec la marche des mois. Après l’achèvement de la phase de rétention un contrôle annuel est nécessaire pour contrôler la stabilité du résultat du traitement.


Mauvaises habitudes, facteurs prédisposants, etc.

La formation des alignements défectueux est extrêmement complexe et bien diversifiée. On peut distinguer surtout des anomalies héréditaires et acquises. On peut tenir par ex. la grandeur des maxillaires et des dents, les fissures labiales, la position de germe de certaines dents, l’alignement défectueux des dents, la surocclusion, les anodonties et polyodonties. On peut classer aux anomalies acquises une respiration à travers de la bouche par suite d’une obstruction nasale (avec tous les effets influençant de façon défavorable la position des dents et causant une distorsion du maxillaire). En cas d’un tel soupçon, il est indispensable de visiter un médecin spécialiste en orthodontie et/ou un oto-rhino-laryngologue ! 4 ans accomplis, le suçotement du doit est nuisible. Certaines mauvaises habitudes, comme par ex. mâchonnement d’un crayon ou suçotement de la langue/lèvre ont un effet pareil. Il est bien important de prévenir une position déformée, voûtée, de mettre au lit dans une position saine (utilisation d’un coussin pas trop grand), ou bien aussi de constater une mauvaise position due à un pied plat – étant donné que le fonctionnement des muscles déterminant la tenue du corps est réglé par le système nerveux avec un mécanisme de reflexes. Dans le cas où une mauvaise position est programmée dans ce système pour n’importe quelle cause que ce soit, cela exerce un effet aussi sur la croissance des maxillaires par le niveau de tension des muscles déterminant leurs positions. Les arrachages de dents anticipés ont aussi une très grande importance – malheureusement. Un arrachage d’une dent caduque, dans la majorité des cas à cause d’une carie incurable, est considéré comme anticipé dans le cas où cet arrachage est fait avant plus d’un an de l’éruption prévisible de son paire permanent. Cela peut causer une endognathion ultérieure, dans un cas plus grave une impaction (la dent ne peut pas faire son éruption, parce qu’elle bute contre la racine d’une autre dent à cause d’une manque d’espace interdentaire), et peut causer la formation d’une surocclusion. Un coup reçu sur les dents caduques peut aussi causer l’incapacité d’éruption d’une dent permanente, ou la lésion du germe dentaire permanente. La source des photos sont les livres spécialisés suivants : * Textbook of Orthodontics - Shamir E. Bishara, W.B. Saunders Company 2001. USA * Contemporary Orthodontics - William R. Proffit, Mosby 2000. USA * Dentofacial Orthopedics with Functionak Appliances, Thomas M. Graber and Thomas Rakosi and Alexandre G. Petrovic, Mosby 1997. USA * Hasund orthodoncia - Rehák Gizella, Riskó Rezső, Savaria-Dent 2000. * Fogszabályozás (figures) - Riskó Rezső, Debreceni Tudományegyetem OEC 2000.